Découverte de deux cas de variantes sud-africain ou brésilien en Corse du Sud

Communiqué de presse
Dans le cadre du criblage des PCR positifs a été mise en évidence une circulation importante de la variante britannique dans l’île.
Ce week-end, les résultats des analyses sur 2 prélèvements ont révélé la présence d’une autre variante. Des examens complémentaires (séquençage) sont en cours pour déterminer s’il s’agit de la variante sud-africaine ou brésilienne.
Corps de texte

Les personnes concernées, un couple résidant en Corse-du Sud, ont vraisemblablement contracté le virus lors d’un voyage récent en PACA où la circulation virale est importante.

Testées négatives 72 heures avant l’embarquement, elles ont déclaré des symptômes quelques jours après leur retour en Corse, nécessitant une hospitalisation dans le service Covid du Centre Hospitalier d’Ajaccio. Leur état de santé est stable.

Au fil des investigations, toujours en cours, menées par l’ARS autour de ce couple, les personnes contacts sont isolées.

Avec la circulation de variantes plus contagieuses, la responsabilisation de chacun est essentielle pour freiner la propagation et éviter la contamination de son entourage.

  • Porter son masque correctement. Seuls les masques chirurgicaux ou en tissu de catégorie 1 (norme Afnor) doivent être utilisés. Les masques artisanaux ne sont pas suffisamment filtrants.
  • Se laver très régulièrement les mains. 
  • Limiter au maximum ses contacts sociaux.
  • Garder une distance de 2 mètres avec les autres personnes quand le port du masque est impossible.
  • Aérer les pièces 10 minutes, 3 fois par jour.
  • Télétravailler dès que cela est possible.
  • Se faire tester et s’isoler au moindre symptôme.

Enfin, si vous revenez de voyage,

  • 7 jours après votre arrivée en Corse, réalisez un autre test RT-PCR car malgré le résultat négatif, vous pouvez être en période d’incubation.
  • Pendant les 7 jours qui suivent votre retour dans l’île, évitez toute visite à des personnes fragiles et appliquez scrupuleusement les gestes barrières.

 A savoir :  les vaccins disponibles aujourd’hui réduisent la sévérité des symptômes (c'est-à-dire qu’ils protègent des formes graves) mais pas la contagiosité. Donc, même chez les personnes vaccinées les gestes barrières doivent être appliqués scrupuleusement.