Ensemble pour une île de santé

Professionnels, les bonnes pratiques en période de fortes chaleurs

Article
Visuel
canicule, quels sont les signaux d'alerte ? crampe, fatigue inabituelle, maux de tête, fièvre supérieure à 38°, vertiges ou nausées, propos incohérents
Vous êtes professionnels de santé, vous travaillez en lien avec des enfants, des personnes âgées ou des personnes handicapées ? Ces conseils simples peuvent vous aider dans votre pratique en cas d'épisode de fortes chaleurs.
Corps de texte

En cas de fortes chaleurs, certaines catégories de personnes sont plus à risques :

fortes chaleurs, quelles sont les personnes les plus vulnérables ? personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées ou malades à domicile, personnes dépendantes, femmes enceintes, enfants

 

Le repère pour votre pratique, téléchargeable ci-dessous, vous rappelle la conduite à tenir pour réduire les risques chez la personne âgée.

Vous pouvez également télécharger des affiches pour votre cabinet ou votre établissement

.

 

Elle peut être parfois la conséquence d’un apport excessif d’eau par rapport au sodium (sel) ou d’un excès de perte de sel par rapport à l’élimination en eau. Elle peut être favorisée par l’âge, certaines maladies chroniques et certains traitements médicamenteux.

Quelles sont les populations à risque ?

  • les personnes âgées
  • les patients atteints de maladies chroniques
  • les patients qui prennent certains médicaments (diurétiques, psychotropes)

    Les personnes âgées, poly-pathologiques et poly-médicamentées sont les plus exposées.

    Quels sont les symptômes d'alerte ?

  • Fatigue anormale
  • Nausées
  • Vomissements
  • Apparition récente de gonflements (oedèmes)
  • Signes plus graves : trouble de la conscience, confusion mentale, convulsions, coma
  • Quelles sont les recommandations ?

  • Ne pas hydrater par excès avec de l'eau seule car d'autres aliments apportent aussi de l'eau ;
  • Accompagner la prise de boissons d'une alimentation variée, en fractionnant si besoin les repas, pour maintenir un apport de sel suffisant pour l'organisme (pain, soupes...) ;
  • Apporter aux personnes à risques une "transpiration artificielle" (mouiller régulièrement la peau et la ventiler) ;
  • Eviter les sorties à l'extérieur aux heures les plus chaudes ;
  • Systématiquement faire réévaluer par le médecin les régimes (hyposodés) et traitement en cours (en particulier les diurétiques) pour jauger de la pertinence du maintien ou de l'ajustement des doses au moment des grandes chaleurs.
Risque d'hyponatrémie liée à la chaleur