Ensemble pour une île de santé

Contraception / IVG

Article
Visuel
dessin humoristique " c'est moi qui décide quand et comment, compris ?"
La contraception désigne l’ensemble des moyens employés pour provoquer une infécondité temporaire chez la femme ou chez l’homme, c’est-à-dire les différentes méthodes qui ont pour but d’éviter une grossesse.
La loi permet à toute femme enceinte, majeure ou mineure, qui ne veut pas poursuivre une grossesse de demander à un médecin l’interruption de sa grossesse.
Corps de texte

Avant de choisir une contraception avec un professionnel de santé, il peut être utile de vous poser quelques questions concernant vos envies en matière de contraception, vos expériences en la matière, vos besoins, mais aussi votre mode de vie, votre situation médicale, votre vie affective, familiale...

Quel âge avez-vous ?  Fumez-vous ? Quelle est votre situation personnelle et affective ? Quel est votre mode de vie ? Quel est votre tempérament ? Avez-vous des enfants ? 

Les réponses que vous apporterez à ces questions vous aideront à trouver la contraception qui vous conviendra le mieux et qui sera donc la plus efficace pour vous.

Trouver la contraception la plus efficace pour soi, ça passe par 4 étapes :

  • se poser des questions au sujet de ses envies, de ses besoins, de son mode de vie ;
  • être au clair sur sa situation médicale et ses antécédents médicaux ;
  • être conseillé par un professionnel de santé (médecin, pharmacien, sage-femme, infirmière scolaire) ;
  • et choisir, en connaissance de cause, la contraception la plus adaptée à sa situation.

Pour vous aider dans le choix de votre contraception, santé publique France et le ministère de la santé mettent à votre disposition un outil, venez le découvrir ici.

Vous avez eu un rapport sexuel non  ou mal protégé (rupture de préservatif, absence de contraception, oubli de pilule, vomissements ou diarrhées après la prise du comprimé, décollement du patch, expulsion de l’anneau vaginal ou autres accidents de méthode contraceptive) ? La contraception d’urgence existe !

2 méthodes de contraception d’urgence existent :

  • La contraception d’urgence hormonale,
  • Le dispositif intra-utérin (DIU) en cuivre.

La contraception d’urgence HORMONALE

Il s’agit de pilules hormonales contraceptives d’urgence dites « pilules du lendemain »  sous forme de comprimé unique à avaler ayant pour effet de retarder l’ovulation.  

Vous pouvez utiliser la contraception d’urgence hormonale dans les 3 jours ( 72 heures) à  5 jours ( 120 heures) qui suivent le rapport non protégé :

Si vous êtes mineure :

Vous pouvez l’obtenir de manière ANONYME, GRATUITE et SANS ORDONNANCE :

  • En pharmacie,
  • Auprès d’une infirmière scolaire,
  • D’un centre de planification.
     

Si vous êtes étudiante (majeure ou mineure) :

Vous pouvez l’obtenir de manière ANONYME, GRATUITE et SANS ORDONNANCE  dans les services universitaires de médecine préventive (SUMPPS).

 Si vous êtes majeure :

Vous pouvez l’obtenir SANS ORDONNANCE en pharmacie. Si vous avez une ordonnance, la contraception d’urgence vous sera remboursée à 65% par l’Assurance maladie.

Et après ?

La contraception d’urgence hormonale ne protège que du rapport qui a eu lieu avant la prise du comprimé. Elle ne protège pas des rapports qui ont lieu après.

Il est par conséquent recommandé d’utiliser des préservatifs jusqu’au retour des prochaines règles.

Si vous avez utilisé la contraception d’urgence à la suite d’un oubli de pilule contraceptive, il est indispensable de ne pas interrompre votre contraception habituelle. Toutefois, celle-ci ne vous protège plus totalement pour le cycle en cours.  Il faut par conséquent utiliser en complément, des préservatifs, à chaque rapport sexuel jusqu’aux règles suivantes.

En cas de retard de règles de 5 à 7 jours, il est conseillé de faire un test de grossesse.

Vous pouvez obtenir un test urinaire directement en pharmacie ou vous faire prescrire une prise de sang par votre généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme.

Les Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) fournissent des tests gratuits pour les mineures et non assurées sociales.

Le dispositif intra-utérin (DIU) en cuivre (dît « stérilet »)

Le DIU en cuivre est une contraception régulière qui peut être également utilisé comme contraception d’urgence dans les 5 jours suivants le rapport à risque.

De la forme d’un « T » mesurant entre 2.8 et 3.8 cm de long, il est en plastique avec un ou plusieurs manchons de cuivre. Le cuivre rend les spermatozoïdes inactifs. Il agit également sur la paroi de l’endomètre pour empêcher l’implantation de l’œuf.

  • Comment l’utilise-t-on ?

Le DIU peut être posé jusqu’à 5 jours après la date du rapport à risque. Il est placé dans l’utérus au cours d’une consultation par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme. Sa pose est très rapide (2 minutes environ).

  • Comment l’obtenir et à quel prix ?

Afin de se faire poser un DIU au cuivre, il faut préalablement consulter un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme.

Il peut être nécessaire de vérifier, lors de la prise de rendez-vous que le professionnel pratique la pose de DIU. Précisez qu’il s’agit d’une urgence.

Lors de la première consultation, après avoir vérifié l’absence de contre-indications, le professionnel vous prescrira le DIU.

Vous pourrez alors l’acheter en pharmacie. Il coûte 30.50 euros et est remboursé à 65% par l’Assurance maladie.

Lors de la seconde consultation, le professionnel effectuera la pose.

Vous pouvez également vous adresser à un CPEF. Il est en effet peut-être plus facile d’obtenir rapidement un rendez-vous dans ces structures.

Les CPEF accueillent gratuitement en consultation les mineures et les majeures non assurées sociales.

  • Et après ?

L’avantage du DIU comme contraception d’urgence est, qu’une fois posé, il servira également de contraception régulière peu contraignante et très efficace.

En cas de retard de règles de 5 à 7 jours, il est conseillé de faire un test de grossesse.

Vous pouvez obtenir un test urinaire directement en pharmacie ou vous faire prescrire une prise de sang par votre généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme. Les Centre de planification et d’éducation familiale (CPEF) fournissent des tests gratuits pour les mineures et non assurées sociales.

 

  • En résumé

    La contraception d’urgence ne provoque pas l’interruption d’une grossesse.

    Une fois que l’œuf est fécondé, qu’il s’est implanté dans l’utérus et que la nidation a commencé, la contraception d’urgence devient inefficace.

    C’est pour cette raison qu’elle n’est possible que jusqu’à 3 à 5 jours suivant un rapport à risque.

    La contraception hormonale d’urgence est une contraception à usage exceptionnel qui ne constitue pas une méthode de contraception régulière.

    La contraception hormonale d’urgence ne génère pas un risque de stérilité, ni d’augmentation du risque de fausse-couche spontanée ou  de grossesse extra utérine.

    Le DIU est considéré comme la méthode de contraception d’urgence la plus efficace en cas de rapport non ou mal protégé.

    La contraception d’urgence ne permet pas de prévenir les infections sexuellement transmissibles (IS).

    Faites un test des IST si vous n’avez pas fait ce test avec votre partenaire. Pour cela, consultez votre médecin ou votre sage-femme, ou rendez-vous dans certains centres spécialisés.

     

 

 

 

photo d'un dos nu, tatoué "IVG, c'est mon droit"

En France, une IVG peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse, soit 14 semaines après le 1er jour des dernières règles. Afin que les délais soient respectés, il est important, lorsque la décision de recourir à une IVG est prise, d’engager les démarches rapidement.

  • L'IVG instrumentale peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse, soit 14 semaines après le début des dernières règles
  • L'IVG médicamenteuse est pratiquée jusqu’à la fin de la 5ème semaine de grossesse, soit au maximum 7 semaines après le début des dernières règles. En établissement de santé, ce délai peut être prolongé jusqu’à 7 semaines de grossesse (soit 9 semaines après le début des dernières règles). Un protocole médicamenteux spécifique sera utilisé pour ce délai de 2 semaines, plus tardif.

Pour toutes questions relatives à la contraception, vous pouvez vous adresser à votre médecin traitant, une sage-femme ou un pharmacien.

Il existe également des consultations gratuites dans les centres de planification et d'éducation familiale (CPEF ) ou les centres de PMI. Vous trouverez en bas de page, toutes les coordonnées.

Un numéro vert 0800 08 11 11gratuit est également disponible pour répondre à toutes vos questions sur les sexualités, la contraception et l’IVG (ouvert le lundi de 9h à 22h et du mardi au samedi de 9h à 20h) . Ce sont des professionnels qui vous répondront. Ils sauront vous orienter vers la bonne personne.

En dehors de ces plages horaires, les sites d’information (cf. liens utiles) sont disponibles et rappellent également les démarches d’urgence à effectuer en cas de rapports sexuels non protégés.