Femmes et addictions :Zéro tabac et Zéro alcool pendant la grossesse

Article
Chaque année, le tabac et l’alcool sont responsables du décès respectivement de 73 000 et de 49 000 personnes.
l’ARS de Corse a crée une campagne de sensibilisation et de prévention sur les conduites addictives chez les femmes enceintes: 2 vidéos de sensibilisation sont téléchargeable.
Corps de texte

Alcool et grossesse : des idées reçues tenaces et néfastes.

Visionnez et téléchargez les vidéos:

Zéro Alcool pendant la grossesse

Source de la vidéo

 

Zéro Tabac pendant la grossesse

Source de la vidéo

 

Les   risques   de   la   consommation   d’alcool   pendant   une grossesse restent largement sous-estimés. L’alcoolisation fœtale, un problème majeur de santé publique.

Dans une étude publiée en 2013 (source: Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire 7 mai 2013)              

  • 23% des femmes enceintes ont déclaré avoir consommé de l’alcool au cours de leur grossesse
  • 2% dentre elles disaient avoir consommé 3 verres ou plus en une même occasion

Selon une étude de Santé Publique France et de la MILDECA

(Source: Etude réalisée par BVA pour l’Inpes du 25 au 27 juin 2015)

  • 27% des Français pensent qu’il est conseillé de boire un petit verre de vin de temps en temps pendant la grossesse
  • 25% pensent qu’il est conseillé de boire un peu de bière pendant la période d’allaitement.

L’incidence des troubles causés par l’alcoolisation prénatale, peut atteindre 1% des naissances en France, ce qui représente environ 8000 naissances par an.

Pour ce qui concerne le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) qui est la forme d’atteinte la plus grave, la fréquence est estimée entre 0,6 et 3 cas sur 1000 naissances, ce qui représente 800 naissances par an environ. (Source Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale. Exposition prénatale à l’alcool : données biologiques. In : Expertise collective. Alcools, effets sur la santé. Paris : Inserm ; 2001. p 119-42.)

Zéro alcool pendant la grossesse, pourquoi ?

Quelle que soit la quantité absorbée et quel que soit le type de boisson alcoolisée, la consommation d’alcool pendant la grossesse expose le bébé à des perturbations de son développement.

 A la naissance et plus tard, elle peut entraîner des malformations, des difficultés d’apprentissage, des troubles de l’attention et du comportement pouvant mener au décrochage scolaire et à des difficultés d’insertion sociale.

Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) est la première cause de handicap mental d’origine non génétique chez l’enfant et d’inadaptation sociale. C’est pourquoi le principe de précaution « zéro alcool pendant la grossesse » doit être largement partagé.

En France, les troubles causés par l’alcoolisation fœtale représenteraient 1 naissance sur 100 (source : Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH). 10 mars 2009)  et sont largement sous-estimés au sein de la population.

En effet la majorité des Français estime que le risque pour l’enfant n’existe que pour une consommation ponctuelle excessive (pas de prise en compte du risque lié à une consommation modérée chronique).

La perception du risque est donc très floue, et la recommandation d’abstinence souvent mal comprise du fait de la persistance d’idées fausses véhiculées notamment par l’entourage.

L’information des femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse, mais aussi du grand public est donc un enjeu majeur de santé publique. Le public n’a surtout pas connaissance des conséquences de la consommation d’alcool pour le bébé. Il connait le plus souvent la recommandation « zéro alcool pendant la grossesse » mais ne connait pas le risque auquel cela expose le futur enfant.

Trois informations pour comprendre la vulnérabilité du fœtus :

• l’alcool bu par la mère passe dans le sang du bébé par le placenta,

• rapidement, il y a autant d’alcool dans le sang du bébé que dans celui de la mère,

• de plus, le bébé reste exposé plus longtemps aux effets toxiques de la consommation d’alcool car son foie immature l’élimine plus lentement.

Alcool et grossesse : comment se faire aider et ou me renseigner ?

Pour certaines femmes, l’abstinence ou la diminution de la consommation d’alcool durant toute la grossesse peut s’avérer difficile voire impossible.

Dans ces situations, une aide et un accompagnement adaptés peuvent être proposés par des professionnels, pour la mère et l’arrivée du bébé.

Les   médecins   généralistes, sages-femmes, pharmaciens, obstétriciens, gynécologues, professionnels des PMI, addictologues, pédiatres, psychiatres, échographistes, anesthésistes, psychologues, puéricultrices, infirmières, assistantes sociales, éducateurs spécialisés… sont à votre écoute pour vous renseigner, orienter et accompagner.

Au niveau national :  

Alcool Info Service

Dispositif piloté par Santé Publique France, Alcool Info Service propose :

un  numéro d’appel : 0 980 980 930

(anonyme et non surtaxé, 7J/7, de 8H à 2H) auprès de professionnels formés aux problèmes d’usage et de dépendance à l’alcool (pour toute personne directement ou indirectement concernée).

un site internet : alcool-info-service.fr

(rubrique l’alcool et vous> l’alcool et la grossesse).

 

Fumer durant la grossesse comporte de multiples risques pour la grossesse elle-même et pour le développement du fœtus.

Si 1/3 de femmes enceintes parviennent à arrêter complètement de fumer pendant la grossesse, elles sont encore plus de 17% à déclarer fumer quotidiennement au troisième trimestre de grossesse.

Or fumer durant la grossesse n’est pas sans risque. Les conséquences peuvent même s’avérer graves pour la mère et l’enfant : accouchement prématuré, fausse couche, faible poids de l’enfant à la naissance…etc. il est donc important d’aider les femmes enceintes à saisir l’opportunité de la grossesse pour envisager l’arrêt de leur consommation de tabac.

Des professionnels pour aider les patientes et leur entourage

Les sages-femmes mais aussi les masseurs-kinésithérapeutes, les médecins généralistes… tous les professionnels qui côtoient les futurs et jeunes parents peuvent les aider et les orienter.

17,8% des femmes enceintes fument toujours au troisième trimestre de leur grossesse. Il s’agit du taux le plus élevé d’Europe, en dépit des effets sanitaires sur la grossesse et la santé de l’enfant (risque accru de complications, de retard de croissance intra-utérin, de malformations congénitales, de mort subite et d’asthme).

Le tabagisme chez la femme enceinte est un facteur de risques avéré pour l’enfant à naître :

-  risque de grossesse extra-utérine

-  retard de croissance intra-utérine et risque de prématurité

-  risque de syndrome de mort subite du nourrisson : une association significative avec le tabagisme maternel pendant et après la grossesse (tabagisme passif autour du bébé) a été retrouvée dans de nombreuses études. Le risque de mort subite est augmenté de deux à trois fois, selon la fréquence de la consommation

-  risques de troubles respiratoires pour l’enfant à la naissance.

Les risques augmentent avec la fréquence et la durée du tabagisme de la mère pendant la grossesse.

Quand on est enceinte, peut-on fumer quelques cigarettes par jour ?

On entend souvent qu’il vaut mieux qu’une femme s’autorise à fumer quelques cigarettes par jour plutôt que d’être stressée par l’arrêt du tabac. C’est une erreur. Il est préférable d’arrêter complètement de fumer car même un petit nombre de cigarettes est mauvais pour la santé de la mère et du bébé.

Quelles sont les conséquences du tabac sur la grossesse elle-même ?

Fumer durant la grossesse comporte un certain nombre de risques.

- Le tabac serait responsable d’environ 35 % des grossesses extra-utérines, c’est-à-dire que le fœtus ne s’implante pas au bon endroit.

- Le risque de faire une fausse couche au début de la grossesse est trois fois plus grand.

- Le tabac est une cause d’accouchement prématuré.

Quels sont les dangers pour le fœtus ?

Plus on fume, plus la toxicité est importante pour le fœtus. Dans l’utérus, le fœtus reçoit de l’oxygène grâce au sang de sa mère. Par contre, quand elle fume, son sang se charge alors en monoxyde de carbone, gaz particulièrement dangereux. De plus, la nicotine empêche une bonne circulation du sang. Le bébé ne reçoit donc pas assez d’oxygène. D’autres substances chimiques contenues dans la fumée sont également toxiques pour le développement du fœtus, qui peut être retardé. C’est ce qu’on appelle un retard de croissance intra-utérin (petit poids de naissance, petite taille, petit périmètre crânien).

Quels sont les risques si une femme enceinte est exposée à la fumée des autres ?

Le tabagisme passif subi par les femmes enceintes non fumeuses a des conséquences sur l’enfant à naître : les produits chimiques contenus dans la fumée du tabac respirée par la mère passent dans le sang de la mère et dans celui du fœtus. Une femme enceinte doit éviter les endroits enfumés.

Quand on est enceinte, allumer une cigarette n’a rien d’un geste anodin. Selon une nouvelle étude, fumer pendant la grossesse double le risque de mort subite du nourrisson et ce, même en ne consommant qu’une seule cigarette par jour.