Faire grandir la santé en Corse

Préserver l'efficacité des antibiotiques

Article
Visuel
visuel médicaments pui
Les antibiotiques (ATB) sont précieux. Ils ont permis de vaincre un grand nombre de maladies qui étaient auparavant mortelles. Toutefois, le phénomène de résistance des bactéries aux antibiotiques remet en cause ces acquis et la capacité à soigner les infections, même les plus banales.
Corps de texte

Les antibiotiques sont efficaces pour combattre les infections bactériennes.

Les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les infections dues aux virus. Toutefois, à tort, certaines maladies virales font tout de même l’objet de prescription d’antibiotiques : entre 30 et 50 % des traitements seraient inadaptés aux pathologies diagnostiquées.

Les antibiotiques agissent sur les bactéries pathogènes directement liées à l’infection mais ils peuvent également avoir un impact sur les autres bactéries non pathogènes qui constituent notre flore microbienne commensale.

L’emploi inadapté d’antibiotiques induit une pression de sélection sur les bactéries de cette flore, modifie l’écosystème bactérien et concourt à l’émergence de bactéries pathogènes résistantes.

En effet, lorsqu’un antibiotique est utilisé de façon répétée, massive ou inappropriée (traitement trop court, trop long ou dosage inadéquat), les bactéries s’adaptent et acquièrent des mécanismes de défense nouveaux contre cet antibiotique. L’inobservance des traitements induit les mêmes effets.

La bactérie devient résistante à l’action de l’antibiotique.

De fait, plus on a recours à l’antibiothérapie, plus les bactéries résistantes prospèrent, échangent entre elles leurs mécanismes de résistance, se renforcent et en se reproduisant (une bactérie se renouvelle toutes les 20 minutes) se disséminent. Ces mécanismes de défense peuvent se transmettre entre bactéries d’une même espèce ou entre bactéries d’espèce différentes.

Ce phénomène appelé antibiorésistance est en croissance constante.

Certaines bactéries sont dites multirésistantes : elles sont résistantes à plusieurs familles d’antibiotiques.

Cette multirésistance est un problème majeur de santé publique. Certaines infections deviennent de plus en plus difficiles à soigner faute de disposer d’antibiotiques efficaces : maladie plus longue, plus de complications, d’hospitalisation et une hausse de la mortalité.

En France, en 2016, environ 160 000 infections à bactéries multirésistantes étaient contractées. Elles sont imputables à 12 500 décès.

L’antibiorésistance est d’abord apparue en 1940 dans le secteur hospitalier mais elle s’est propagée depuis dans le milieu communautaire.

C’est une problématique à l’échelle mondiale qui implique la santé humaine, animale et notre environnement. L’OMS a adopté en 2015 un plan mondial pour combattre la résistance aux anti microbiens. Il vise à préserver notre capacité à prévenir et traiter les maladies infectieuses à l’aide de médicaments surs et efficaces.

L’antibiorésistance nous concerne tous, quel que soit notre âge, notre pays, notre milieu social, notre état de santé, nos habitudes de vie, nos pratiques, ….

Au niveau européen, pour le secteur de ville en 2016, la France était le 3ème pays le plus consommateur d’antibiotiques. La consommation globale d’antibiotiques était 30 % plus élevée que la moyenne européenne. Elle est globalement en augmentation sur les dix dernières années sur le secteur de ville et stable en établissements de santé.

La surconsommation d’antibiotiques dans les élevages est également responsable de l’apparition de résistances bactériennes : en santé animale, 96% des utilisations d’antibiotiques concernent les animaux destinés à la consommation humaine.

Ces bactéries multirésistantes peuvent être transmises à l’homme directement ou par l’environnement ou par la consommation de viande insuffisamment cuites.

Pour préserver l’efficacité de ces médicaments :

  1. N’utilisez que l’antibiotique prescrit par votre médecin;
  2. Respectez strictement votre ordonnance (la dose à prendre, les moments de prise, la durée de traitement) ;
  3. Ne réutilisez jamais un antibiotique sans prescription médicale même si vous pensez combattre une maladie apparemment semblable ;
  4. Ne donnez jamais votre antibiotique à une autre personne ;
  5. Une fois votre traitement terminé, rapportez à votre pharmacien toutes les boîtes entamées pour une destruction correcte et appropriée de ce médicament.
respect du traitement, hygiène, vaccination

En cas de maladie d’origine bactérienne ou virale à potentiel épidémique, préservez votre entourage grâce au lavage fréquent des mains, au port du masque, évitez les contacts rapprochés, à une hygiène alimentaire rigoureuse, ….

La prévention des infections par la vaccination permet également de prévenir l’apparition de certaines maladies (bactérienne ou virales) : pneumonies, grippe, méningite, … parlez en avec votre médecin traitant.

Respecter le bon usage des antibiotiques, c’est préserver leur efficacité pour les générations actuelles et futures

Aller plus loin

Contact

Contenu

Christine Cadillac
Responsable qualité et sécurité de l'offre de santé
christine.cadillac@ars.sante.fr